Doyenné de Leuze-en-Hainaut

DOYENNE DE LEUZE-EN-HAINAUT
Unité pastorale refondée
Aller au contenu
UNE PAROLE …

 
« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : ‘Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli !
Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division.
Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère’. »
Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 12, 49-53
Illustration : Macha Chmakoff, Pentecôte à la flamme, 81x65

A MEDITER …


 
DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
AUX PARTICIPANTS AU FORUM INTERNATIONAL DES JEUNES
 
 
« …L’expérience que les disciples d’Emmaüs ont vécue, les a poussés irrésistiblement à se mettre de nouveau en marche, bien qu’ils aient parcouru onze kilomètres. L’obscurité arrivait, mais ils n’avaient plus peur de marcher de nuit, puisque c’est le Christ qui éclairait leur vie. Nous aussi, un jour, nous avons rencontré le Seigneur sur le chemin de notre vie. Comme les disciples d’Emmaüs, nous avons été appelés pour porter la lumière du Christ dans la nuit du monde. Chers jeunes, vous êtes appelés à être la lumière dans l’obscurité de la nuit de tant de camarades qui ne connaissent pas même la joie de la vie nouvelle en Jésus.
Cléophas et l’autre disciple, après avoir rencontré Jésus, ont senti le besoin vital d’être avec sa communauté. Il n’y a pas de joie véritable si on ne la partage pas avec les autres. « Il est doux pour des frères de vivre ensemble et d'être unis ! » (Ps 133, 1). J’imagine que vous êtes contents d’avoir participé à ce Forum. Et maintenant qu’est venu le moment de nous séparer, peut-être que vous sentez une certaine nostalgie…Et Rome sera plus tranquille. C’est normal qu’il en soit ainsi. Cela fait partie de l’expérience humaine. Les disciples d’Emmaüs non plus ne voulaient pas que leur “hôte mystérieux” parte… « Reste avec nous », disaient-ils, voulant le convaincre de rester avec eux. Dans d’autres passages de l’Évangile, ce même sentiment apparaît. Rappelons-nous, par exemple, la Transfiguration, lorsque Pierre, Jacques et Jean veulent dresser des tentes et rester sur la montagne. Ou bien lorsque Marie Madeleine rencontre le Ressuscité et veux le retenir. Mais « son Corps ressuscité n’est pas un trésor à emprisonner, mais un Mystère à partager » (Document final du Synode, n. 115). Nous rencontrons Jésus surtout dans la communauté et sur les chemins du monde. Plus nous le portons aux autres, plus nous le sentons présent dans nos vies. Et je suis sûr que vous le ferez quand vous serez de retour chez vous. Le texte d’Emmaüs dit que Jésus a allumé un feu dans le cœur des disciples (cf. Lc 24, 32). Comme vous le savez, le feu, pour qu’il ne s’éteigne pas, doit se répandre, pour ne pas devenir des cendres, il doit se propager. C’est pourquoi, alimentez et propagez le feu du Christ que vous avez en vous !
Chers jeunes, je le répète encore une fois : vous êtes l’aujourd’hui de Dieu, l’aujourd’hui de l’Église ! Pas seulement l’avenir, non, l’aujourd’hui. Soit vous jouez aujourd’hui, soit vous perdrez la partie. Aujourd’hui. L’Église a besoin de vous pour être pleinement elle-même. Comme Église, vous êtes le Corps du Seigneur ressuscité présent dans le monde. Je veux que vous vous rappeliez toujours que vous êtes les membres d’un unique Corps, de cette communauté. Vous êtes unis les uns aux autres, seuls vous ne pourriez pas survivre. Vous avez besoin les uns des autres pour faire bouger vraiment les choses dans un monde toujours plus tenté par les divisions. Pensez à cela : dans le monde, les divisions se multiplient ; et les divisions engendrent des guerres, des inimitiés. Et vous devez être le message de l’unité. Que ça vaut la peine de marcher sur cette voie. C’est seulement en marchant ensemble que nous serons vraiment forts. Avec le Christ, Pain de Vie qui nous donne la force pour la route, portons la lumière de son feu aux nuits de ce monde !... »
Pape FRANCOIS (Salle Clémentine - Samedi, 22 juin 2019)
   Photos: http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/events/event.dir.html/content/vaticanevents/fr/2019/6/22/giovani.html
 
LE MOT DU DOYEN…
       
 18 août – 20ème Dimanche du temps ordinaire
  
“M. Le Doyen, vous comptez prendre souvent des baptêmes
lors de la Messe du dimanche ? ”
 
 
Depuis quelques jours, et à plusieurs reprises, j’ai été interpellé avec cette question ou d’autres semblables… L’argumentaire est toujours le même, je l’entends, identique, depuis des années ; je résume : « …Parce que, voyez-vous, à cause de cela, il y a des gens qui vont ailleurs à la Messe ! Ils trouvent que la Messe dure plus longtemps, qu’il y a du bruit avec les enfants, que les gens des familles ne savent pas ce qu’est une Messe, quand il faut se lever, s’asseoir, quelle prière il faut dire… »
Commençons simplement par rappeler l’enseignement de l’Eglise tel qu’il est affirmé dans le Rituel du Baptême des petits enfants, à savoir que le baptême pourra être célébré lors de la Messe dominicale « pour que toute la communauté participe à sa célébration et pour qu’apparaisse plus clairement le lien entre le baptême et l’eucharistie ». Le Rituel plaide donc pour des baptêmes qui puissent être célébrés avec « toute la communauté », des « baptêmes communautaires ».
Réfléchissons…
Quand célébrons-nous un baptême communautaire ? Bien souvent, on pense que l’on célèbre des baptêmes communautaires parce que plusieurs enfants sont baptisés dans la même célébration. Ce n’est pas cela un baptême communautaire ! Ce sont simplement des baptêmes juxtaposés : des familles différentes sont rassemblées au même moment, dans une même célébration (souvent dans un simple but pratique : l’agenda du célébrant), mais la communauté, elle, n’est pas là ! Faut-il rappeler ce truisme que, pour parler d’un baptême communautaire, il faut que la communauté soit présente ! C’est tout… Un baptême peut être communautaire même s’il n’y a qu’un bébé et une seule famille car il suffit que la communauté locale soit présente, comme la plupart des baptêmes avec plusieurs bébés et plusieurs familles ne sont pas communautaires, parce que la communauté n’est pas présente. Ainsi donc, si, avec raison, l’Eglise encourage les baptêmes communautaires, c’est pour qu’ils soient célébrés au milieu de la communauté.
La question devient donc : où est la communauté ? où se rassemble-t-elle ? quand se rassemble-t-elle ? Je ne suis pas convaincu (et pour être franc avec vous : je suis même convaincu du contraire !) que la communauté locale se rassemblera pour célébrer le baptême du petit Jules ou de la petite Zélie un samedi ou un dimanche après-midi à 14h… Où se rassemble régulièrement la communauté chrétienne ? Lors de la Messe dominicale ! C’est même le lieu de vie par excellence de la communauté chrétienne locale. Si la communauté chrétienne locale se rassemble lors de la Messe dominicale, c’est au cours de la Messe dominicale qu’il convient donc de célébrer un baptême pour qu’il soit communautaire ! CQFD !
Maintenant écoutons les « Oui, mais… »
« Oui, mais cela dure plus longtemps… » Quelques minutes tout au plus… Je l’ai encore vérifié dimanche dernier. Messe dominicale avec baptême d’un bébé : une heure ! J’aimerais ici vous partager ces quelques mots de l’éminent théologien de la Liturgie, l’Abbé Paul De Clerck, que j’ai eu la chance de recevoir comme maître lors de mes études à l’Institut Catholique de Paris : « Il m’arrive de rêver à des célébrations plus longues (..) j’ai le sentiment que beaucoup d’entre elles sont trop courtes : on n’y est pas encore entré que déjà elles sont terminées. Tout dépend une fois de plus, de ce que l’on vient y chercher… » (L’intelligence de la Liturgie, Cerf, Paris, 2005, p. 28). Tout est dit : que vient-on chercher ?...
« Oui, mais alors, les habitués vont ailleurs… » Que voulez-vous que je réponde ? Il y a des gens qui viennent à la Messe pour « faire Eglise », et accueillir un nouvel enfant de Dieu par le Baptême, c’est bigrement « faire Eglise », non ? Il y a des gens qui viennent à la Messe pour trouver une Messe « pour moi tout seul », simple, rapide, sans tralala…  Très bien ! Ils ont de la chance : il y a au moins deux, parfois trois autres Messes dans le Doyenné chaque week-end ! Ils ont donc du choix… Cependant, les enjeux théologiques et ecclésiologiques du baptême pendant la Messe dominicale, ou tout simplement les enjeux de l’accueil des demandes de jeunes familles sont bien trop importants que pour renoncer à ce qui est le devoir de l’Eglise, donc du Curé que je suis : accueillir même et surtout les plus éloignés et les inviter à la première place… « ‘Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux ?’ Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : (…) celui qui accueille un enfant comme celui-ci en mon nom, il m’accueille, moi… » (Mt 18, 1-14).
« Oui, mais les enfants, ça pleure, ça fait du bruit, et les gens de ces familles ne savent pas ce qu’il faut faire pendant la Messe, se lever, s’asseoir, dire les prières… » « C’est en forgeant qu’on devient forgeron », non ?... Si on ne les accueille jamais dans une Messe, comment voulez-vous qu’ils découvrent, qu’ils soient initiés, qu’ils sachent ?...
Quant aux enfants qui pleurent, voici ce que disait le Pape François lors d’une célébration de baptême… pendant une Messe : « Le chœur chante aujourd'hui, mais le chœur le plus beau, c'est celui des enfants et certains vont pleurer s'ils ont faim ou autre chose. Mamans, soyez tranquilles, s'ils ont faim, donnez-leur à manger, car ici, ce sont eux les plus importants… » (Homélie, 12 janvier 2014).
Et quelques mois plus tard, le Saint-Père ajoutera : « Les pleurs des enfants sont la voix de Dieu : ne les faites pas sortir de l’église ! Les enfants pleurent, font du bruit, vont de-ci, de-là. Mais pourquoi se donner tant de mal quand un enfant pleure dans l’église et que l’on dit qu’il faut le faire sortir ? Les pleurs d’un enfant sont la voix de Dieu : il ne faut pas les faire sortir de l’église. » (Dimanche 14 décembre 2014, une paroisse du nord-ouest de Rome, rencontre des familles de 80 enfants baptisés dans l’année).
Je termine…
Lorsqu’en 2015-2006, Mgr Harpigny, notre Evêque, a présenté le nouveau projet catéchétique dans chaque région pastorale, il a eu un soir cette belle expression en parlant de la Messe dominicale, une expression qui m’inspire bien souvent : « La Messe dominicale est le lieu de tous les possibles… la Messe dominicale est le lieu où tout est possible… », et j’aime à citer en vrac parmi ces « possibles » : l’accueil d’un catéchumène et toutes les étapes qu’il vivra avant de recevoir les sacrements de l’Initiation, le baptême d’un bébé, les fiançailles d’un jeune couple, un jubilé de mariage, la mémoire d’un défunt mais aussi la présence des enfants de la catéchèse, la fête patronale de tel groupe paroissial, la fête des baptisés de l’année, la fête d’un jubilé de vie religieuse, un pèlerinage ou encore un groupe d’anciens combattants lors du 21 juillet ou du 11 novembre… Oui ! La Messe dominicale, « le lieu de tous les possibles » car Dieu y appelle tous ceux qu’il souhaite rencontrer…
Alors, je réponds : « Est-ce que le Doyen de Leuze compte prendre souvent des baptêmes lors de la Messe dominicale ? » OUI, un grand OUI, et de plus en plus, comme il y accueillera bien d’autres événements de vie également… Au moins, comme cela, les choses sont claires ! Ce qui n’empêche que nous proposons aussi des baptêmes le samedi après-midi ou le dimanche après-midi plusieurs fois par mois… 😊 avec comme maître mot :
 
 Bon dimanche !                 
Doyen Patrick Willocq





NOUS PORTERONS DANS NOTRE PRIERE …

 
Baptêmes
 
- Le samedi 24 août, à 14h00, en l’église de Thieulain, sera baptisée Agathe Moreau, fille de Anthony Moreau et Estelle Baert.
 
- Le dimanche 25 août, à 14h00, en l’église de Gallaix, sera baptisé Arthur Lemaire, fils de Loïc-François Lemaire et Aurélie Duflos
 
 
Que ces enfants découvrent combien notre Dieu les aime comme ses propres enfants.



Intentions de prière pour notre semaine
 
 
+ Vienne le feu de l’Esprit sur ceux qui marchent à ta suite, Seigneur ! Qu’ils gardent confiance en toi au-delà de l’épreuve…
 
+ Vienne le feu de l’Esprit sur les responsables politiques de notre pays et de tous les pays, Seigneur ! Qu’ils reçoivent justice et paix, respect et unité comme des dons à partager…
 
+ Vienne le feu de l’Esprit sur ceux qui sont divisés ! Qu’ils découvrent la puissance du pardon…
 
+ Vienne le feu de l’Esprit sur notre communauté rassemblée ! Qu’elle vive à jamais de l’audace de l’Evangile…
 

CONTACTS

M. le Doyen Patrick Willocq
Responsable de l’Unité pastorale
Curé de toutes les paroisses (clochers) de l’entité de Leuze
Tour Saint-Pierre 15 - 7900 Leuze-en-Hainaut
069/77.79.03
0479/62.66.20

M. le Diacre Jean-Marie Bourgeois
Pastorale du Baptême des petits enfants – Pastorale scolaire
Grand-Rue 56 – 7900 Leuze-en-Hainaut

M. le Diacre Michel Hublet
Mise à jour du site internet
Avenue de la Croix-Rouge 44 – 7900 Leuze-en-Hainaut

Règlement Général sur la Protection des Données – RGPD – 25 05 2018


Responsable du traitement des données personnelles : Abbé Patrick Willocq,
Curé-Doyen - Adresse : voir plus haut
Délégué  à la protection des données :
Secrétaire général de la Conférence  épiscopale belge -
Adresse : asbl Centre interdiocésain, rue Guimard 1,  1040 Bruxelles - Tél. : 02/507 05 93 -
Autorité de contrôle : Rue de la Presse 35, 1000 Bruxelles - Tél. : 02/274 48 00 -

Secrétariat décanal
Tour Saint-Pierre 15 – 7900 Leuze-en-Hainaut
069/77.79.03
Permanences : mardi et vendredi de 9h30 à 12h00
En cas d’absence, s’adresser à M. le Doyen




 DANS NOTRE DOYENNE…

 
Année 2020
Doyenné de Leuze-en-Hainaut

Clochers de Blicquy, Chapelle-à-Oie, Chapelle-à-Wattines, Gallaix, Grandmetz, Leuze, Pipaix, Thieulain, Tourpes,
 
Vieux-Leuze, Willaupuis
 
 
Catéchèse vers la Première Communion
 
(année 1 – l’enfant peut faire Première Communion l’année de ses 7 ans indépendamment de sa situation scolaire)
 
 

 
 
Catéchèse vers la Profession de foi, la Confirmation et l’Eucharistie Source de vie chrétienne
 
(années 2 & 3 – l’enfant est inscrit en septembre de l’année de sa première Communion)
 
 

 
 
 
Pour toute situation particulière (enfant non baptisé, enfant qui n’a pas fait première communion, âge différent…),
 
 
VOIR M. LE DOYEN
 
 Tour St-Pierre 15 – 069 77 79 03 – 0479 62 66 20 – patrickwillocq@skynet.be







 
Mois de Mai… Mois de Marie…



 
Cela se passera près chez nous…






 
 


Retourner au contenu