LEUZE COLLEGIALE - Doyenné de Leuze-en-Hainaut

Aller au contenu

Menu principal :

LES 11 CLOCHERS
Leuze  Collégiale
Saint-Pierre

Sacristine Mariette Desmedt

Messe dominicale : dimanche 10H30

Messe en semaine :
du lundii au vendredi  18H30 (vendredi messe pour les défunts recommandés)
Messe au home Destrebecq : le troisième mercredi du mois à 10H30

Adoration eucharistique à la collégiale
le mercredi de 17H30 à 18H25

pour plus d’information, rendez-vous sur la page agenda

Fabrique d’église


Luc OLIVIER
Président

Godelieve WAELS-VANDROOGENBROECK
Secrétaire

Christian SAILLY
Trésorier
José ANRYS
Membre effectif

Jean-Marie BOURGEOIS
Membre effectif

Dominique JADOT
Membre effectif

Jean-Louis MERTENS
Membre effectif
Nestor MEURISSE
Membre effectif
Francine DEWATTINES
Membre effectif

 
 

Nous vivons le centenaire des apparitions de la Vierge à Fatima.




photos offertes par Yolande Mortier

De mai à octobre 1917, à chaque treizième jour du mois, la Vierge est apparue six fois à trois jeunes bergers : Lucie, François, Jacinthe.

Cela s’est passé à Fatima, au Portugal.

Notre ville de Leuze possède, derrière le parc du Coron, une magnifique chapelle dédiée à Notre-Dame de Fatima. La statue et le bas-relief taillé dans la pierre sont les œuvres d’artistes leuzois bien connus : Henri Daumerie et Pol Méganck.

Voilà un autre lieu de dévotion mariale à découvrir ou re-découvrir en cette année 2017 !


La Croix-au-Mont.

A l’important carrefour de la Croix-au-Mont, est plantée, depuis 1950, une croix en pierres de Soignies, belle œuvre de l’entreprise leuzoise Méganck-Harvengt.
Cette croix porte les noms de sept personnes de Leuze qui, au cours de la seconde guerre mondiale furent fusillés ou décédés en déportation des suites de sévices.
Notre Dieu, en la personne du Christ, n’a pas échappé à la barbarie mais celle-ci, face à son amour,n’a pas eu le dernier mot.
Puissions-nous ne plus franchir ce carrefour sans un regard sur cette croix, regard comme un devoir de mémoire, regard comme une prière !

« El’Djeu d’Giblot »

Ce surnom de « Dieu de Giblot » vient probablement de la déformation patoisante de l’appellation « Dieu de Gembloux ».
La statut polychrome, sculptée au XVIe siècle par un inconnu, est depuis longtemps déjà protégée par une vitre épaisse.
Cette statue serait une copie d’une statue de l’abbaye de Gembloux.
Abbaye à qui appartenait autrefois une grande partie du village de Tourpes.
Il est vraisemblable que l’Ecce homo leuzois se trouvait jadis vers l’ancien cimetière sur la route du village de Tourpes.
Cimetière dominé autrefois par l’église Saint-Martin aujourd’hui disparue mais dont on retrouve des traces dans le sol du square Saint-Martin
La chapelle érigée, en 1681 date reprise sur la grille qui la protège, comprend à sa base un socle en marbre rose frappé de la Croix de Malte (autel provenant de l’ancienne église Saint-Martin).
Si on ignore tout de ses origines, « l’Bon Djé d’pitié » a inspiré un très joli poème à l’auteur patoisant leuzois Georges Jouret décédé en 1978.
En voici un court extrait :
«l’est là, captif’è trisse, assis d’sus s’mont d’cayaux.
Parel à n’in soudôrt, solitère dins s’guérite.
Prisonnier sans espwôr, derrïèr’les nwôrs bôraux
De l’vieill’petit’capelle, qui d’puis des ans l’abrite,
l’est là, nu comme in vièrr’,n’ayant fonc pou s’couvri
Aletour de ses reins qu’eun’vieille loque de flanelle.
Jm’ei souvi'et qu’tout jeonne, j’soujfri de l’vî eissi
Tout nu pa les grands froids ; com'et’nant j’ei guerzelle ! »



Photos et informations fournies par Yolande Mortier


Retourner au contenu | Retourner au menu